Les meilleures pratiques : Rendre les musées accessibles

03. Dez 2019

L'Association des musées de Rhénanie-Palatinat encourage consciemment la création d'un accès sans barrières. Barbara Weber-Dellacroce était présente lors du dialogue entre les représentants des musées et les associations concernées.

tagung mainz

La création d'un accès sans barrière aux musées de Rhénanie-Palatinat est un processus délibérément encouragé par l'Association des musées de Rhénanie-Palatinat.

 

En 2014, l'Association des musées de Rhénanie-Palatinat est devenue la première association de musées allemande à conclure un accord ciblé avec des associations de personnes concernées pour la création d'un accès sans barrière dans les musées. Cet accord a maintenant été prolongé de 5 ans. ("Accord sur les objectifs pour la création d'une accessibilité selon l'article 5 BGG entre l'Association des musées de Rhénanie-Palatinat et les organisations et groupes d'entraide de personnes handicapées et de malades chroniques en Rhénanie-Palatinat"). Parmi les signataires figuraient : pour l'état de Rhénanie-Palatinat, le professeur K. Wolf, Ministre des sciences, de la formation continue et de la culture ; Matthias Rösch, Représentant de l'état pour les préoccupations des personnes handicapées ; Bettina Scheeder, Directrice générale de l'Association des musées de Rhénanie-Palatinat ; Dr. Elisabeth Dühr, Présidente du conseil d'administration de l'Association des musées de Rhénanie-Palatinat et de nombreux représentants des associations de personnes handicapées. L'objectif de l'événement, qui s'est tenu au Musée de la navigation ancienne, était d'utiliser les meilleures pratiques présentées pour entamer un dialogue, identifier ce qui a réussi et ce qui doit être amélioré et bénéficier des expériences des autres.  L'événement a été un succès précisément parce qu'il a été très bien fréquenté, non seulement par les gens du musée, mais surtout par les représentants des associations de personnes concernées.

Dans les salutations, il est apparu clairement qu'un processus est en cours, mais qu'il n'a pas encore atteint son but. Les responsables des musées continuent d'apprendre, notamment grâce aux réactions et aux conseils d'experts des associations des personnes concernées. De nombreux musées s'efforcent donc de développer leurs programmes et projets en collaboration avec ces experts. De nombreux projets ont ainsi vu le jour, qui, dans l'esprit de la "Conception pour tous", non seulement permettent l'accès à toutes les personnes concernées, mais sont également utiles et pratiques pour tous les visiteurs.

Lors de la réunion, Bettina Scheeder, la Directrice générale de l'Association des musées de Rhénanie-Palatinat, a présenté le nouveau portail des musées. Celui-ci a été planifié et mis en œuvre de manière à ce qu'il soit accessible à tous, comme en témoigne l'excellent résultat du test BITV. Le site web de l'association doit suivre prochainement et, ensemble, ils peuvent servir de meilleures pratiques pour les sites web des musées, par exemple.

Projets and programmes de quatre musées

Le premier musée a été le Musée de la marine ancienne lui-même.  Ingrid Schmidts-Jütting a présenté le "Laboratoire ouvert de réalité mixte". Depuis quelque temps déjà, une épave romaine y est utilisée pour tester la manière dont les contenus peuvent être transmis à tous par des moyens analogiques et numériques. Une station de réalité virtuelle permet aux visiteurs de plonger dans l'épave au plus profond de la Méditerranée. Des stations dotées de panneaux de documentation offrent des informations approfondies et, à l'avenir, une station de réalité augmentée sera également disponible. Toutes les stations analogiques sont équipées d'objets pratiques, des textes en braille et en écriture pyramidale sont aussi disponibles. Un système de guidage au sol permet de s'orienter. tuomi a présenté son NFC-Mediaguide, notre contribution au MR Open Lab. Avec des tablettes ou des smartphones, les visiteurs peuvent accéder soit à des contenus multimédia, soit à des descriptions audio. Il leur suffit de toucher brièvement la puce NFC tactile avec leur appareil. Les informations peuvent également être récupérées sur le smartphone d'un visiteur, même sans télécharger d'application. Actuellement, l'accent est mis sur les malvoyants et les aveugles, mais le guide peut être complété à tout moment par des vidéos en langue des signes ou des contenus en langage simplifié. Au cours de la visite conjointe, le MR Open Lab et surtout le guide des médias ont rencontré un grand intérêt. Nous avons été particulièrement reconnaissants pour les divers commentaires, qui nous permettront d'améliorer encore le système.

Ensuite, Julia Nebenführ et Theresia Kiefer du Wilhelm-Hack-Museum Ludwigshafen ont présenté un projet d'exposition au design inclusif qui a été réalisé cet été là. Dans l'exposition "Croissance de l'âme", des œuvres d'artistes handicapés et non handicapés ont été présentées conjointement sur le thème des plantes et de leur signification en tant que signes ou expressions de ses propres sentiments et pensées. Les œuvres d'art extérieur ainsi que le surréalisme et le symbolisme traitaient des mondes de rêve, des rêves et des désirs secrets. Le programme de soutien a également été conçu pour être accessible à tous. Des visites guidées ouvertes avec des interprètes en langue des signes et des visites avec des objets tactiles ont été proposées, permettant à chacun de participer à ces visites. Toutefois, il a été signalé que certaines des personnes concernées seraient plus à l'aise avec une visite dans "l'espace protégé" d'un groupe fermé. Une partie du programme de soutien consistait également à planifier et à mettre en œuvre un projet artistique inclusif dans l'espace extérieur du musée.

Visites guidées par un personnel spécialement formé

Sous le titre "Hand in Hand zum inklusiven Museum - Ausstellungsgestaltung und Vermittlungsarbeit", le Dr. Elisabeth Dühr du Stadtmuseum Simeonstift Trier (Musée municipal de l'abbaye de Siméon de Trèves) a présenté les nombreux efforts déployés par le musée pour rendre les expositions permanentes et temporaires inclusives. De nombreuses approches sont poursuivies, toujours en coopération avec les personnes concernées agissant en tant que consultants, fournisseurs d'idées et groupes d'essai. Le musée, qui a été entièrement réaménagé en 2007, est accessible aux personnes en fauteuil roulant (y compris, bien sûr, les personnes équipées d'un déambulateur ou d'un landau) et offre des sièges mobiles.

Même si le site web n'est pas encore accessible, il offre une vue d'ensemble de toutes les offres accessibles, également dans un langage simplifié. Le musée propose des visites publiques ou spéciales en langue des signes ou pour les malvoyants et les aveugles. Des offres spéciales pour les personnes atteintes de démence leur permettent de visiter le musée, mais elles sont également proposées par le Dr Dorothée Henschel, éducatrice spécialement formée aux musées, par exemple dans les maisons de retraite.

Des audioguides en plusieurs langues, y compris en langage simplifié, sont disponibles. Parmi les best-sellers de la boutique du musée figurent les guides d'exposition en langage simplifié, notamment le "Manifeste communiste", qui a été publié par le musée pour l'année Karl Marx 2018.

Le "Blinden-Kit" (kit pour les aveugles), créé par le musée en coopération avec l'université des sciences appliquées de Trèves, constitue un point fort particulier. Un chariot librement disponible a été installé par salle d'exposition, contenant des modèles tactiles de salle pour l'orientation, des objets tactiles pour les points forts de la salle, des textes en pyramide et en braille, et un audioguide NFC (par tuomi) avec des descriptions audio. Ainsi, une visite indépendante de l'exposition permanente est possible à tout moment. En outre, les objets tactiles réduisent également le sentiment d'être dans un musée "sans toucher". Le modèle tactile de la Porta Nigra, un modèle composé de plusieurs parties, y contribue également, rendant ainsi clair pour tout le monde l'évolution complexe de l'histoire et de l'art, de la porte de la ville romaine au point de repère de l'actuelle Trèves.

"C'est aussi simple que ça !"

Pour voir ce qui se passe en dehors de la Rhénanie-Palatinat, Svenja Gaube de la Stiftung Deutsches Technikmuseum Berlin a présenté une série de vidéos en langage simplifié "C'est aussi simple que ça ! Une visite au Musée allemand de la technologie". Cette idée, qui consiste à réaliser des vidéos pour aider les gens à s'orienter dans le musée ou à y entrer en premier lieu, a été développée par des experts ayant des difficultés d'apprentissage à l'automne 2017, qui ont conseillé le Musée allemand de la technologie sur le thème de l'inclusion. Le musée, en coopération avec l'équipe d'experts dirigée par Holger Behrendt, qui a eu l'idée, a mis en œuvre cette idée de manière excellente et a l'intention de poursuivre le projet. Un film d'orientation sur le site web du musée et une carte spécialement conçue, expliquée dans un language simple, permettent désormais à tous les visiteurs d'accéder facilement au musée.

Pour visiter: https://sdtb.de/leichte_sprache_besuch

Comment s'y rendre: https://sdtb.de/leichte_sprache_weg

Vous pouvez trouver les films sur la chaîne Youtube du musée: https://www.youtube.com/playlist?list=PL9bCjeLWqRSI6_XMYCD6roXOO-o2q5vKi

Que pouvons-nous apprendre de tout cela ? Le développement de musées sans barrières et inclusifs est un processus qui ne peut réussir qu'en coopération avec les personnes concernées qui apportent leur expertise. Il est extrêmement utile que l'accord d'objectif en Rhénanie-Palatinat ait été étendu. Les représentants des musées ont présenté de nombreuses bonnes idées et projets. Il est certain que de nombreux projets sont très coûteux, en particulier pour les petits musées, et donc difficiles à mettre en œuvre. Mais l'attention de tous les participants a été attirée sur certains points dans leurs propres musées, où une optimisation peut être réalisée, peut-être avec des moyens plus modestes mais toujours efficaces. Que ce soit l'accessibilité des musées et les orientations souvent très abstraites, ou l'implication d'experts avant la mise en œuvre des projets. Il y a de nombreuses façons de progresser. Certaines d'entre elles s'avèrent également trop complexes pour une solution simple, car il n'existe pas vraiment de "groupes cibles homogènes". (Enseignements tirés : ce terme est plutôt inutile, car il suggère que les demandes d'un groupe clairement défini sont similaires ou égales. Et en réalité, ces "groupes clairement définissables et homogènes" n'existent probablement jamais). Nous pouvons particulièrement bien tirer des enseignements des rapports pratiques sur les succès et surtout sur les échecs. C'est pourquoi des événements comme celui-ci, qui permettent un retour direct sur les projets et offrent la possibilité de mener des discussions constructives, sont un véritable atout et nous tenons à remercier vivement l'Association des musées de Rhénanie-Palatinat d'avoir organisé cette conférence.

Avis sur la protection des données

Pour vous offrir une meilleure expérience, ce site utilise des cookies (par exemple des polices de caractères, des cartes, des vidéos ou des outils d'analyse). En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, visitez notre Données de confidentialité.